Recherche



par nom

 
 
 
 
 
 
 
 
1 / 8

Daido Moriyama

Record n°32

Akio Nagasawa publishing, 2016

220 x 278 mm

couverture souple, 160 pages, signé

Record est le magazine personnel dont Daido Moriyama publia les premiers numéros à compte d'auteur en 1972-1973, avec l'intention d'un rythme de parution mensuel, avant la reprise du projet en 2006. Avec les années, Record est devenu tout à la fois le journal de bord et le carnet de note de l'artiste. Ou, comme il se plaît à le répéter, sa  « ligne de vie » qui court en-deçà de ses multiples projets qui ponctuent son existence.

Il y a environ un demi-siècle, je passais la plupart de mes journées à errer dans les rues de Kobe. J'avais un peu plus de vingt ans, et comme j'aimais particulièrement les navires et les ports, la ville exotique de Kobe était pour moi une sorte de pays des merveilles. Prendre un café au Café Colombin sur Tor Road, regarder d'innombrables navires en train d'être chargés depuis ma table au Meriken Hatoba, me promener avec mon appareil photo et photographier les établissements étrangers à Yamate et Kitanocho, ou encore aider à imprimer des photos souvenirs dans un petit magasin de photos dans le passage souterrain de Sannomiya, voici comment j’ai passé ce laps de temps, court, mais joyeusement en roue libre à Kobe.?
De la fin du mois d'août prochain à la fin du mois de septembre, le musée d'art de la préfecture de Hyogo présente une exposition de mon travail, organisée par Kobe Printing. Il s'agit d'un lieu assez spacieux, où nous prévoyons d'exposer des impressions de diverses de mes œuvres, ainsi que des projections de diapositives à grande échelle. En outre, la société d'impression qui nous accueillait m'a demandé de consacrer un coin de l'exposition à des photographies prises à Kobe. Cependant, comme j'avais pris étonnamment peu de photos là-bas compte tenu de mon affection pour la ville, je me suis de nouveau rendu à Kobe l'autre jour et, pour la première fois depuis longtemps, j'ai passé un jour et demi à me promener, l'appareil photo à la main. ??Le Kobe contemporain est bien sûr complètement différent de la ville qui était mon terrain de jeu il y a un demi-siècle. La façon dont la vielle a changé, surtout depuis le choc dévastateur du grand tremblement de terre de Hanshin, m'a semblé tout à fait remarquable, ce qui a rendu difficile le voyage dans le temps et la poursuite de ce rêve romantique de ma jeunesse. Néanmoins, alors que je continuais à retrouver mes souvenirs de Kobe tout en pointant mon appareil photo sur la réalité et l'actualité de la ville d’aujourd'hui, j'ai senti que le paysage commençait naturellement à se superposer à l'image de Kobe qui s'était gravée dans mon cœur et mon esprit. ?Et c'est tout à fait normal. Après tout, la ville de Kobe, cette jolie zone urbaine coincée entre la mer et les belles montagnes, traversée par une seule voie ferrée, n'a pas changé du tout !

Daido Moriyama, prologue de Record n°32


Page de l'artiste