01 10 11 12 13 14 15 16 | 63


City Dairy

10.02.2024 - 15.09.2024

Hasselblad Center, Göteborg

il y a 11 jours

Anders Petersen est l'un des photographes suédois les plus importants et les plus acclamés internationalement, et a une influence majeure sur la photographie nordique. Au printemps 2024, il fête ses 80 ans. L'exposition au Hasselblad Center rends hommage à son travail et à ses grandes réalisations dans la photographie suédoise.

La carrière photographique d'Anders Petersen a commencé dans les années 1960. C'était une période mouvementée lorsqu'il visita Hambourg et photographia les personnes du bar Café Lehmitz, qui devint plus tard son projet le plus notable. En même temps, il étudia à l'école de photographie légendaire de Christer Strömholm à Stockholm et co-fonda Saftra - un collectif de photographes et écrivains se concentrant sur le reportage socialement critique. Il publia ses premiers livres dans les années 1970, tout en travaillant dans le photojournalisme. Dans les années 1980, il commença à se concentrer sur ses propres projets à long terme. En 1984, le livre Fängelse fut publié, le premier d'une trilogie sur les institutions fermées. Il fut suivi des livres Rågång till kärleken (1991) et Ingen har sett allt (1995), sur les soins aux personnes âgées et la psychiatrie respectivement. Avec ces projets, l'imagerie d'Anders Petersen devint plus personnelle et plus libre qu'auparavant. On peut la décrire comme une expression documentaire intuitive et intime, fortement influencée par son désir de se rapprocher autant que possible des gens et de leur situation.

En 1997, une exposition itinérante offrit un regard complet sur le travail de Petersen entre 1966 et 1996 (au Hasselblad Center, entre autres institutions). Il a lui-même décrit l'exposition comme une opportunité de réflexion sur le passé et comme un catalyseur de changement. Il considérait son ancien matériel avec un regard neuf, ce qui aboutit au livre Du mich auch (2002). Il se compose d'images inédites de Stockholm et de Hambourg prises à la fin des années 1960. Elles forment un journal visuel et le concept de combiner des images de différentes années et lieux est quelque chose avec lequel il a travaillé dans plusieurs livres et expositions depuis lors.

Dans les années 2000, l'expression des images d'Anders Petersen devient plus sombre et plus contrastée, inspirée par la photographie japonaise contemporaine. Il passa des résidences dans des villes du monde entier et c'est en lien avec cela que le concept de journal de ville commença à prendre forme. Cela devint le nom collectif pour les photos qu'il prit aussi bien en Suède qu'à Londres, Istanbul, Rome - pour ne nommer que quelques-unes des villes qu'il visita. Quel que soit l'endroit, cependant, l'expression esthétique est la même. Son travail peut être vu comme un journal personnel, où les personnes, les environnements et les situations qu'il dépeint sont également un reflet de sa vie et de lui-même.

City Diary est le titre de sa deuxième exposition au Hasselblad Center. Elle présente près de 150 photographies prises au cours des 60 dernières années. Elle combine des images de différentes époques et villes pour créer un flux et un sentiment de connexion entre les gens. Les images montrent des tranches de vie avec tous ses contrastes - le brut et le dur, le vulnérable et le tendre. Elles se concentrent sur le désir, et les besoins et désirs fondamentaux des gens - l'amour et la communauté. Beaucoup de photographies sont des représentations en gros plan de corps, mais il y a aussi des portraits plus classiques d'individus avec un charisme personnel fort. Nous voyons beaucoup d'images d'animaux, soulignant la fascination pour les pulsions primitives et fondamentales. Mais surtout, nous voyons le profond intérêt d'Anders Petersen pour les personnes qu'il photographie, ce qu'il considère comme plus important que l'image elle-même : "Il s'agissait rarement de photographie. Pas en premier lieu. C'était la rencontre avec les gens, l'exploration de différentes réalités, qui était cruciale. C'est toujours le cas."

(Dragana Vujanovic Östlind, Conservatrice en Chef, Fondation Hasselblad. En collaboration avec Angie Åström, Conservatrice).