01 0 01 02 03 04 05 06 07 08 | 51


Lifelines

06.11.2023 - 01.12.2023
il y a 15 jours

Lifelines est une exploration de ce qui nous lie. Elle tisse des projets de toute une vie, des performances décennales et des séries infinies pour (re)considérer la manière dont nous percevons les autres qui partagent la même planète que nous - et cette planète elle-même - et dont nous nous y rapportons.

Combien de vies côtoyons-nous chaque jour et comment les reconnaissons-nous ? Deux performances d'une durée d'un an tentent de répondre à cette question. En comptant les données sur ses mains, l'artiste a calculé qu'elle a reconnu 17 % des personnes qu'elle a croisées (2008-2009) et qu'elle a touché 33 % des personnes à qui elle a parlé (2018-2019).

Qu'en est-il des vies que nous ne rencontrerons jamais directement ? Enchevêtrées dans de multiples couches de distance, de silence, de préjugés, de traduction et de (mauvaise) représentation, les lignes deviennent floues. Comme dans l'exercice sans cesse auto-révélateur qui consiste à dessiner le monde les yeux bandés (Blind Man's Bluff), où c'est ce qui manque entre les lignes qui en dit le plus sur nous.

Acceptant que tout est subjectif, A Brief Introduction to the World a pour mission de lire une autobiographie par pays dans le monde. Une carte tracée à la craie esquisse le monde "lu" par l'artiste jusqu'à ce jour, une histoire - ou le parti pris d'une personne - à la fois.

Avec White Flags, l'artiste s'interroge sur les histoires qui s'opposent les unes aux autres, dans des batailles de récits et de fausses équivalences. Chaque "inégalité" correspond à un échange de vie réel, sous la forme d'échanges de prisonniers. Chaque pièce est tissée à la main sur un métier dont le mot roumain ("r?zboi") se traduit d'ailleurs par "guerre". Un mur de recherche ponctue la pièce, afin de rattacher la série à des débats à la fois anciens et plus récemment violemment ravivés sur la valeur que nous accordons à la vie humaine.

Sans conviction ni conviction, l'artiste espère seulement nous rappeler que ce qui fait de nous des êtres humains, c'est notre capacité à entretenir des pensées contradictoires, à changer d'avis, à voir l'entre-deux, à valoriser l'irrésolu et à aimer tous les gradients. Tout comme l'Antarctique, The White Continent, qui renferme les plus belles leçons de toutes, car il s'est avéré qu'il n'était pas si blanc que cela.

Mal compris, mal orthographié, mal représenté, l'Antarctique n'a pas d'habitants permanents pour raconter sa propre histoire. Pourtant, il est, à sa manière, l'une des voix les plus vitales de la planète aujourd'hui, puisque ce continent de 5,4 millions de kilomètres carrés joue un rôle primordial dans l'équilibre écologique de la Terre. En utilisant l'une des images les plus détaillées du continent compilées par la NASA, la série Antarctika traduit les pixels en points de broderie, compensant le manque de représentation par du temps et une attention méticuleuse.

Dans un dernier exercice prêt à l'emploi, le projet en cours Tossed recueille toutes les pièces de monnaie trouvées par l'artiste sur le sol. Transformées en calendrier ambulant, elles suggèrent que la valeur est une question de perspective et que le pouvoir de transformer la monnaie jetée en sculptures, polies et peintes par le temps et les intempéries, est détenu par notre perception. La manière dont nous définissons la valeur, qu'il s'agisse du temps, de l'argent, de la nature ou de la vie elle-même, et dont nous traçons les limites de ce qui nous motive, pourrait bien n'être qu'une question d'interprétation - et donc de choix -entièrement.

Capucine Gros est une artiste française née en Suisse et basée à Bucarest, en Roumanie. Elle a obtenu une licence en peinture et nouveaux médias au Savannah College of Art and Design en 2012. Capucine partage son temps entre sa propre pratique basée sur la performance et la géographie et d'autres projets collaboratifs tels que le festival UNFINISHED à Bucarest. Elle a effectué des résidences dans le monde entier, de la Swatch Art Peace Hotel Residency à Shanghai à la Jalovik Art Colony en Serbie, en passant par le CTG Collective au Zimbabwe. Elle a eu ses premières grandes expositions en galerie à New York en 2017 à la Catinca Tabacaru Gallery et à Paris en 2022 à la Galerie Jean-Kenta Gauthier, qui la représentent également aujourd'hui, ainsi que sa première exposition solo en musée au SCAD Museum of Art à Savannah en 2019.