1/6

Mouvements du monde

in 'Transmissions. L'immatériel photographié'

Musée du Temps, Besançon, France

14 novembre 2020 - 7 novembre 2021

Nuits européenne des Musées
samedi 3 juillet

19h: Rencontre avec Raphaël Dallaporta et Frédéric Meynadier, physicien au Département Temps du Bureau international des poids et mesures (BIPM), Sèvres
20h à minuit: Équation du Temps - échanges en tête-à-tête avec Raphaël Dallaporta

Réservation conseillée (03 81 87 80 49 / reservationsmusees@besancon.fr)


Dans le cadre de l’exposition collective Transmissions. L’immatériel photographié présentée au Musée du Temps de Besançon en collaboration avec le Musée International d’Horlogerie (La Chaux-de-Fonds, Suisse), Raphaël Dallaporta présente sous le titre Mouvements du Monde un ensemble de 3 projets.

Astrarium Dondi (2020)

Soleil, Mercure, Vénus, Lune, Mars, Jupiter, Saturne
Tirages par sublimation, montés et encadrés, 81 x 70 cm chacun


Achevée en 1380, l’horloge originale de Dondi a été considérée à l’époque comme une nouvelle merveille du monde, admirée par les puissants de son temps, à l’instar de Charles Quint. Disparue au XVIe siècle, elle a fait l’objet de plusieurs répliques, dont celle du Musée International d'Horlogerie au milieu des années 1980, d’après le manuscript original préservé à Padou depuis plus de six siècles. L’auteur de l’Astrarium, Giovanni Dondi (1330-1388), élabora durant quinze années cette extraordinaire horloge qui matérialisait mécaniquement le système géocentrique de Ptolémée (IIe siècle), permettant de calculer les positions de 7 astres à tout moment de l’année.
Les sept photographies réalisées par Raphaël Dallaporta sont des enregistrements de la mise en mouvement de chaque astre sur le cadran correspondant : le Soleil, Mercure, Venus, la Lune, Mars, Jupiter et Saturne. En collaborant avec Masaki Kanazawa, restaurateur du MIH qui actionnait manuellement les astres, l’artiste a réalisé une mise en lumière des cadrans, grâce à des temps de pose relativement longs. La lumière dessine ainsi des boucles à l’apparence particulière – les planètes semblent depuis la Terre reculer pour mieux avancer, un phénomène dit de rétrogradation qui a obsédé des générations d’astronomes, et que Raphaël Dallaporta traduit en métaphore de l’avancée non linéaire du progrès.

Constellation (2020)
Projection vidéo 16:9 en temps réel

Cette installation expérimentale nous invite à son tour à ressentir un autre mouvement, le passage des satellites artificiels au-dessus de nos têtes. Dans une projection vidéo sur le sol sont rendues perceptibles les orbites des satellites de navigation passant dans le ciel visible depuis le Musée du Temps. Ce radar virtuel conçu avec la complicité de Frédéric Meynadier à partir des données du NORAD, Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, projette sur une carte du ciel les coordonnées des satellites sélectionnés (GPS, Galileo, Glonass, Beidou).
En temps réel, les quatre constellations de satellites (américaine, européenne, russe et chinoise) synchronisées par des horloges atomiques pour notamment faciliter nos déplacements, sont ici figurées par la trajectoire d’un point depuis son entrée dans la zone du ciel qui nous concerne. Cette installation vidéo nous renvoie ainsi à l’adage de l’astronome danois Tycho Brahe (1546-1601) : « Suspiciendo Despicio, Despiciendo Suspicio » (en regardant en haut je regarde en bas et quand je regarde en bas je regarde en haut). Par un basculement du regard, elle nous permet d’observer à notre tour les satellites qui guident nos circulations.

Équation du Temps 
(2020)
366 impressions laser (2019-2020)

Équation du Temps est le fruit de l’expérience quotidienne de mesure initiée par Raphaël Dallaporta à l’Observatoire de Paris avec les chercheurs du SYRTE, Systèmes de Référence Temps-Espace. Chaque jour à 11h50min39sec UTC (temps universel coordonné), grâce à un protocole automatisé, un cliché est réalisé de l’image du Soleil sur le sol de la Salle Cassini. Depuis 1671, cette salle  abrite la méridienne de Paris, un instrument qui permet de mesurer la variation de hauteur du Soleil au cours de l’année. Lorsqu’il passe à travers un œilleton aménagé dans la face sud de l’Observatoire, le Soleil projette son image sur le sol, une tache lumineuse qui se déplace au fil des jours et des saisons.
La superposition sur l’année de tous les clichés révèle une « courbe en huit ». Celle-ci traduit un phénomène connu depuis l’Antiquité, l’équation du temps. Il s’agit de la différence entre le midi moyen et le midi vrai, autrement dit entre la convention de journées régulières de 24 heures et le temps du Soleil qui varie au cours de l’année et rend la durée de chaque jour différente. Équation du Temps est une invitation renouvelée à la contemplation des mouvements du monde par laquelle Raphaël Dallaporta nous rappelle, selon la phrase d’Héraclite, que « le Soleil est nouveau chaque jour ».