1/8

The Scale of Maps

Jean-Kenta Gauthier | Odéon

14 avril - 11 juin

Jean-Kenta Gauthier Odéon
5, rue de l'Ancienne-Comédie 75006 Paris

Vernissage: jeudi 14 avril, 17h - 20h30
Horaires: mercredi - samedi, 14h - 19h


« Le monde n’existe que pour une carte. »

(Jorge Luis Borges, in Histoire universelle de l'infamie, 1935)



Présentée du 14 avril au 11 juin 2022 à la galerie Jean-Kenta Gauthier / Odéon, l’exposition The Scale of Maps (en français, tout autant « L’Échelle » que « L’Étendue des cartes ») rassemble des œuvres de Capucine Gros (née en 1989, vit actuellement à Bucarest, Roumanie) et de David Horvitz (né en 1982, vit actuellement à Los Angeles, États-Unis) qui toutes constituent des métaphores de cartes géographiques. Pour chacune de leurs œuvres, Capucine Gros et David Horvitz ont joué de l’échelle ou unité de mesure ainsi que de l’étendue du territoire de référence, afin d’établir leurs propres cartes.


Fossiles de lumière et de temps

Depuis 2015, Capucine Gros réalise à partir de chaque lieu qu’elle habite une œuvre intitulée The Birth of Painting. Chacune de ces sculptures de petites dimensions consiste en un assemblage de matériaux organiques (herbe, bois, écorce, etc.) que l’artiste collecte dans son environnement immédiat, afin de composer un objet qui s’apparente à une toile tressée montée sur un châssis en bois. Ainsi en a-t-elle réalisé à ce jour à New York (2015-2018), à Jalovik (Serbie) et Weir Farm (Connecticut, États-Unis) (2018), à Shanghai (2019-2020) et Bucarest (2022), toutes présentées dans l’exposition. Si chaque œuvre indique en creux le territoire de référence, le titre « Painting » ou peinture assimile l’objet à un support de représentation. L’analogie avec la carte géographique, elle-même outil de représentation, est proche - idée fondamentale dans la pratique de Capucine Gros pour qui chaque projet est intimement lié à l’expérience d’un territoire. À mesure que la série The Birth of Painting se développe, les œuvres grandissent en gagnant 1 pouce (environ 2,5 centimètres) sur chaque côté. Cette progression suggère l’idée d’un processus, et c’est là presque le seul moyen de différencier les œuvres entre elles car hormis leurs dimensions, ces œuvres revêtent toutes une apparence similaire bien qu’elles émanent de géographies (Amérique du Nord, Europe, Asie) ou de topographies (mégapoles, village, campagne) très variées. Comme si la représentation « terre-à-terre » permettait de montrer moins les différences que les ressemblances. Avec The Birth of Painting, Capucine Gros réalise ainsi des objets sculpturaux qui émanent de matériaux organiques et figurent une territoire mental.


Un bouquet comme carte

Les oeuvres de David Horvitz présentées dans l’exposition observent le même principe. Intitulées A Map of Paris From a Thursday et A Map of Paris From a Friday, elles consistent en des vases en verre soufflés en 2018 et titrés d’après un jour de la semaine (jeudi, vendredi) gravé sous l’objet. Chaque vase abrite un bouquet de fleurs qui, grâce au titre, indique le chemin qu’a parcouru chaque fleur, ce jour-là à Paris, du jardin ou fleuriste jusqu’au vase. Les deux œuvres présentées dans l’exposition portent ainsi en elles la carte dessinée par le parcours des fleurs. Un projet que l’artiste accompagne du poème suivant:

a bouquet as a map

made of the same flowers

each from a different place

collected on a [Thursday / Friday]

while aimlessly wandering

by foot or train or bike or or or boat

from here

David *


L’exposition étant inaugurée un jeudi, le bouquet du jeudi sera assemblé durant le jour du vernissage cependant que le vase du vendredi restera vide et ne sera assemblé que le lendemain, vendredi 15 avril. Et en l’absence de David Horvitz, les fleurs seront rassemblées par Capucine Gros qui ainsi activera l’œuvre de Horvitz à l’occasion du vernissage. Cette récolte sera documentée en photographie par Jean-Kenta Gauthier afin de permettre plus tard la création d’un petit livre d’artiste qui relatera cette action, documentera l’élaboration de l’exposition The Scales of Maps et célèbrera la collaboration entre les deux artistes.


Une broderie comme carte

Depuis 2021, Capucine Gros a créée une série de petites broderies montées sur châssis intitulée Antarctika et figurant le territoire antarctique - une région dont les changements climatiques en détériorent chaque jour la géographie - dont deux itérations sont présentées dans l’exposition. Territoire résolument hostile aux humains, le continent antarctique constitue cependant un enjeu géopolitique majeur et est l’objet de convoitise des plus grandes puissances de ce monde. Ce vaste territoire de plus de 14 millions de km2 abritant 52 bases est pourtant l’une des régions du monde les moins représentées.

Prenant pour référence l’image satellitaire la plus détaillée à ce jour et compilée par la NASA en 2002, Capucine Gros comble ce manque de représentation en transposant cette image à différents niveaux de résolution afin de traduire chaque pixel en point de broderie de couleur variée. Avec Antarctika, Capucine Gros réalise ainsi patiemment un ensemble de broderies qui, malgré leur minutie, rappelle qu’une carte géographique n’est jamais qu’une approximation.


Si toute carte est par essence une modélisation, une abstraction et une simplification d’un terrain, les œuvres de Capucine Gros et de David Horvitz présentées dans l’exposition The Scale of Maps évoquent chacune l’expérience d’un territoire. En figurant plus ou moins la nature et les contours de ce territoire, les artistes nous invitent à imaginer ce dernier, et nous rappellent en creux qu’une carte géographique, souvent géopolitique, est tout autant le véhicule d’informations que le fruit d’une imagination.


(Jean-Kenta Gauthier, avril 2022)


---

* un bouquet comme carte / composé des mêmes fleurs / chacune provenant d'un endroit différent / récoltées un [jeudi/vendredi] / en errant sans but / à pied, en train, à vélo ou ou ou en bateau / depuis ici / David

Liste des oeuvres